The normality of worship life in the Church

Texte correspond en français : La normalité de la vie cultuelle dans l’Église

Normality is defined according to what everyone lives daily for his well-being. This is a balance in the existence of all for a life without incident.

Worship is a heart-to-heart relationship within a fellowship in addition to what it is toward God. A Sunday celebration as well as all the gatherings of a community life express it.

However, is this normality at all times, in every moment, or in all places?

It is not the first time the Church is challenged regarding its worship gatherings. Just think of these extraordinary events that obliged the Church to change its ‘’usual’’ celebrations: Epidemics of cholera, plague, or even persecution. The Church had to find ways to meet differently in forest, in caves and even to suspend the regular worship. More positively, when a new mission is developed, ordinary worshipping is abandoned to adapt to the new situation. The list can be long. As an example, the New Testament testifies of these practices when early Christians gathered in houses to continue the worship done in Synagogues that became obsolete (Acts 2:46 read also Romans 16:5a)

Then these words of Jesus Xrist resonate: ‘’For where two or three gather in my name, there am I with them.” (Matthew 18:20). In my view, this is the normality to understand without digitizing it. Why then say two or three? Could it not be more? The number does not matter here for Jesus talks more of a grouping quality than number per se. Indeed, the number two refers to the smallest number of people that can be brought together in a group. The number three is the one that increases it. Therefore, Jesus testifies of the quality of the group more than its size. This is not the size (minimum or increased) of the group that gives its quality, but the following words: ‘’there am I with them.’’ It must be understood that Jesus gives this much sought-after worship quality. This helps to accept with more ease the impediments to assembly that one may encounter during his lifetime.

Nevertheless, the problem encountered today is that we find ourselves alone, isolated, confined because of covid 19. Everyone normality has lost its balance; in short, it collapsed.

How then to regain this worship normality?

Jonas was the biblical man of extreme confinement. That man fled God. He was thrown overboard when at sea to calm down a storm that threatened to sink the boat in which he fled. He was then swallowed by a huge fish in whose belly he spent three days before he was released. Without making similarities with the why of the situation in which Jonas finds himself and ours today, it is no less interesting to observe an isolation of the most extreme. I will not discuss the probative literary value of the narrative. The Bible gives account that the event experienced by Jonah has caused him extreme anguish and psychological troubles. It is clearly written: ‘’In my distress’’ (Jonas 2:2) and also ‘’When my life was ebbing away’’ (Jonas 2:7). But the situation is peculiar that he turns to his Lord for his salvation.

This abnormal condition pushes him to find again his balance with God. This enables him to fully undergo the divine saving work (Jonas 2:9); this work which he knows is already underway to save even the repentant people in the world, outside the Judaic people of his time (Jonas 4:1,2) which is the reason why he fled in order not to obey God’s command: to make the divine word heard so that the inhabitant of Nineveh may repent.

Quite often we consider enemy anything that deviates from what we esteem to be normal. However, can we not conceive it otherwise?

This whole situation today leads us to re-examine the soundness of our lives, our relationship with other and with ourselves, and with God for some of us. Paul writes to the Corinthians: Do you not know that your bodies are temples of the Holy Spirit, who is in you(1 Corinthians 6:19). These words tell that the bond between God and the world is not broken but secured by God himself. Each of the bodies is the temple of the Holy Spirit or has its potential, in this sense we have a force that impels us to seek ever more this relationship with God and to allow us to continue forward. Like Jonas who, in the belly of the fish, had the certainty he would see his God again (Jonas 2:4).

Celebration normality does not exist, or more exactly, it can be shaken and reformulated in another reality. Like the apostles who locked themselves in the upper room after Jesus died and was laid in the tomb, everyone finds himself isolated, locked up alone facing himself wondering what this means. And just as the Spirit of God breathed upon them to bring them out of the upper chamber into which they had locked themselves, so we too are always filled with the Holy Spirit in order to pursue and not give up. The technological means at our disposal allow us to connect to each other by pursuing this fraternal communion that seems broken. This technology pushes us to put in place all the means to continue the divine work: to make the voice of Jesus heard for the salvation of humanity. It is, therefore, a question of seizing all possible opportunities in order to pursue this fraternal communion, whatever form it may take while waiting for possible gatherings as we knew them before. And this does not mean to force anything on others but to make available to everyone the possibility to accept it or not. Thinking of those who cannot gather as we are accustomed, is a little like sharing the burden they carry – In some countries, religious gatherings are forbidden because they are contrary to the ideologies in power. However, we must not forget that ‘’The kingdom of heaven is near ‘’ (Matthew 10 :7). In this perspective, it is necessary to keep the vision of this immense gathering to come (Revelation 21:3).

Rethinking the Church means moving it forward. Moving it forward is to shake its known foundations. Shaking its foundation is to strengthen it. That was the case at the beginning of our era after the ascension of Jesus Xrist. God, through Jesus, intervenes in the world to shake the conceptions of the time and to change the way to spread the Gospel. This was the case over the centuries that followed throughout the history of humanity. This is still the case today. Our comfort, too often, undermines the divine intentions. Abnormalities, imbalances prevent us from satisfying ourselves of our status while forcing us to seek a reality; another adaptation to make the divine voice heard:

“I must proclaim the good news of the kingdom of God to the other towns also, because that is why I was sent.” (Luke 4 :43)

‘’the kingdom of God is in your midst.’’ (Luke 17 :21)

Publié dans The Church | Marqué avec , , | Laisser un commentaire

La normalité de la vie cultuelle dans l’église

Corresponding text in English: The normality of Worship life in the Church.

La normalité se définit selon ce que chacun vit au quotidien en fonction de son bien-être. Un équilibre dans l’existence de tous pour une vie sans encombre.

Le culte est une relation de cœur à cœur au sein de la communion fraternelle en plus de ce qu’elle est envers Dieu. Elle s’exprime par la célébration dominicale ainsi que tous les rassemblements de la vie communautaire.

Mais cette normalité l’est-elle en tout temps, en tous moments, en tous lieux ?

Ce n’est pas la première fois que l’église fait face à des remises en question de ses rassemblements cultuels. Il suffit de penser à ces événements extraordinaires qui ont forcés l’église à changer la façon « habituelle » de célébrer durant par exemple les épidémies de choléra, de peste, ou encore les persécutions. L’église devait trouver d’autres façons de se réunir : au milieu des forêts, dans des caves et même de suspendre ses célébrations. De façon plus positive, lorsqu’une nouvelle mission se développe, l’habituelle célébration est abandonnée afin d’être adaptée à la nouvelle situation. La liste pourrait être longue. Le Nouveau Testament témoigne de ces pratiques nouvellement instaurées quand il est dit que des familles se réunissaient pour célébrer dans les maisons afin de compléter les célébrations désuètes dans les synagogues (Actes 2 : 46 , lire aussi Romains 16 : 5).

Ces paroles du Xrist résonnent alors : « Là où deux ou trois sont assemblés en mon nom, je suis au milieu d’eux. » (Matthieu 18 : 20) C’est à mon avis la normalité à comprendre sans vouloir la numériser. Pourquoi 2 ou 3 et non pas une dizaine ou plus ?

Le nombre ici à peu d’importance, car il s’agit davantage de qualité de regroupement plutôt que de nombre en soi. En effet, le nombre deux est le plus petit nombre de personnes que l’on puisse rassembler dans un groupe. Trois est celui qui l’augmente. Par ses paroles Jésus témoigne de la qualité de ce regroupement. Ce n’est pas tant le nombre (minimum ou augmenté) qui donne au groupe sa qualité, mais les paroles qui suivent : « Je suis au milieu d’eux. » Il faut comprendre que Jésus est celui qui donne cette qualité cultuelle tant recherchée. Cela permet alors d’accepter avec plus de faciliter les empêchements de rassemblements rencontrés au cours d’une vie.

Le problème rencontré aujourd’hui est que l’on se retrouve, seul(e), isolé(e), confiné(e) à cause de la covid 19. La normalité de chacun est déséquilibrée, elle a perdu de son balan, en bref, elle s’est effondrée.

Comment alors retrouver cette normalité cultuelle ?

Jonas fut l’homme biblique du confinement extrême. Cet homme qui fuyait Dieu, a été jeté à la mer pour calmer une tempête qui menaçait de faire couler le bateau dans lequel il fuyait. Il fût ensuite avalé par un énorme poisson dans le ventre duquel il a passé trois jours avant d’être libéré. Sans vouloir faire de similitudes avec le pourquoi de la situation dans laquelle se retrouve Jonas et la nôtre, il n’est pas moins intéressant de noter un isolement du plus extrême. Je ne discuterai pas de la valeur littéraire probante ou non du récit. La Bible témoigne de ce que l’événement vécu par Jonas lui a suscité des angoisses et des troubles psychologiques extrêmes, ces deux versets le relatent : « Dans ma détresse » (Jonas 2 : 2) et aussi « Quand mon âme était abattue au dedans de moi » (Jonas 2 : 7) dit Jonas. Mais la situation a ceci de particulier qu’il se tourne vers l’Éternel pour son salut.

Cette condition anormale le pousse à (re)trouver son équilibre avec Dieu. Cela lui permet de subir pleinement l’œuvre salvatrice divine (Jonas 2 : 9) ; cette œuvre dont il sait qu’elle est déjà en marche pour sauver même les gens repentant dans le monde, hors du peuple judaïque de son époque (Jonas 4 : 1, 2) – raison pour laquelle il s’enfuyait afin de ne pas obéir aux exigences divines : faire entendre la parole divine pour que la population de Ninive se repente.

Bien souvent, nous considérons comme étant ennemi tout ce qui déroge à ce que nous considérons comme normal. Mais ne peut-on pas le comprendre autrement ?

Toute cette situation aujourd’hui nous amène à réexaminer le bien fondé de nos vies, nos relations avec autrui, nous-mêmes et aussi Dieu. « Ne savez-vous pas que votre corps est le temple du Saint Esprit qui est en vous » écrit l’apôtre Paul aux Corinthiens (1 Corinthiens 6 : 19). Cette parole amène à considérer que ce lien entre Dieu et le monde n’est pas rompu mais qu’il est sécurisé par Dieu lui-même. Chacun des corps est le temple du Saint-Esprit ou en a le potentiel. En ce sens, nous avons une force qui nous pousse à rechercher toujours plus cette relation avec Dieu et à nous permettre de poursuivre vers l’avant. À la manière de Jonas qui, dans le ventre du poisson, avait la certitude qu’il reverrait son Dieu (Jonas 2 : 4).

La normalité cultuelle n’existe pas, ou plus exactement, elle peut être ébranlée et reformulée dans une autre réalité. À l’instar des apôtres qui s’étaient retranchés dans une chambre haute en attendant la suite des événements, chacun se retrouve isolé, enfermé seul face à lui-même en se demandant ce que tout cela signifie. Et de même que l’Esprit de Dieu a soufflé sur eux pour les faire sortir de cette chambre dans laquelle ils s’étaient enfermés, nous aussi nous sommes toujours emplis de l’Esprit Saint afin de poursuivre et ne pas abandonner (Actes 2). Les moyens technologiques mis à notre disposition permettent de nous relier les uns les autres en poursuivant cette communion fraternelle qui semble rompue. Cette technologie nous pousse à mettre en place des moyens afin de poursuivre l’œuvre divine : faire entendre la voix de l’Éternel pour le salut de l’humanité. Il s’agit donc de saisir toutes les opportunités possibles afin de poursuivre cette communion fraternelle, quelle que soit la forme qu’elle puisse prendre en attendant d’éventuels rassemblements tels que nous les connaissions auparavant. Et cela ne signifie pas de forcer quoique ce soit, mais de mettre à la disposition de chacun la possibilité de l’accepter ou non. En pensant à ceux qui ne peuvent se rassembler comme nous en avons l’habitude c’est un peu partager le fardeau qu’elles portent alors qu’elles sont interdites de rassemblements – Dans certains pays les rassemblements religieux sont interdits car contraires aux idéologies au pouvoir. Mais il ne faut pas oublier que « le royaume des cieux est proche » (Matthieu 10 : 7). Dans cette perspective, il faut garder la vision de cet immense rassemblement à venir « Et j’entendis du trône une forte voix qui disait: Voici le tabernacle de Dieu avec les hommes! Il habitera avec eux, et ils seront son peuple, et Dieu lui-même sera avec eux. » (Apocalypse 21 : 3)

Repenser l’église, c’est la faire avancer. La faire avancer, c’est ébranler les fondements connus. Ébranler les fondements, c’est la fortifier. C’était le cas au commencement de notre ère après l’ascension du Xrist. Dieu à travers Jésus, intervient dans le monde pour ébranler les conceptions de l’époque et changer la façon de répandre son Évangile. Ce fût le cas au cours des siècles qui suivirent tout au long de l’histoire de l’humanité. C’est encore le cas aujourd’hui. Notre confort met à mal trop souvent les intentions divines. Les anormalités, les déséquilibres nous empêchent de nous satisfaire de notre statut tout en nous forçant à rechercher une réalité, une autre adaptation pour faire entendre la voix divine :

« Il faut aussi que j’annonce aux autres villes la bonne nouvelle du royaume de Dieu; car c’est pour cela que j’ai été envoyé.» (Luc 4 : 43)

« car voici, le royaume de Dieu est au milieu de vous.» (Luc 17 : 21)

Publié dans L'Église | Marqué avec , , | Laisser un commentaire